PENTAÈDRE

Ariane Brisson, flûte

Ariane Brisson, flûte

La flûtiste Ariane Brisson a étudié au Conservatoire de musique de Montréal dans la classe de Marie-Andrée Benny, d’où elle obtient un Prix avec Grande Distinction à l’unanimité en 2013. Depuis, elle s’est démarquée en remportant divers prix lors de concours nationaux et internationaux dont le Concours OSM Standard Life 2011, la 28e édition du concours de l’OSTR (Grande Lauréate – 2012), le prestigieux concours du Prix d’Europe (Grande Lauréate – 2013) ainsi que la 6e édition du concours international de flûte de Cracovie (2014).

Mme Brisson s’est jointe à plusieurs ensembles réputés en tant que soliste, dont l’Orchestre du Conservatoire de musique de Montréal, l’Orchestre symphonique de Trois-Rivières et les Violons du Roy, jouant ainsi les grands concertos du répertoire pour flûte : Mozart, Ibert, Hétu, Nielsen, Reinecke, Telemann, Jolivet, entre autres.
Grâce au Prix d’Europe, Mme Brisson a étudié à la DePaul University de Chicago sous la tutelle du flûtiste Mathieu Dufour en 2013-2014. Au printemps 2016, elle obtient une maîtrise en interprétation avec mention exceptionnelle de la Faculté de musique de l’Université de Montréal, dirigée par le flûtiste Denis Bluteau.

Ses activités de musicienne pigiste au Québec et à l’étranger lui permettent des participations remarquées, notamment aux Violons du Roy ainsi qu’à l’Orchestre symphonique de Montréal. En plus de collaborer à divers projets ponctuels en musique de chambre, Mme Brisson forme en 2015 avec le pianiste Olivier Hébert-Bouchard le duo Palladium et joint, en 2016, les membres du réputé quintette à vent, Pentaèdre.

Martin Carpentier, clarinette

Martin Carpentier, clarinette – Directeur artistique

Martin Carpentier étudie la clarinette avec Emilio Iacurto à l’Université McGill où il obtient un baccalauréat en interprétation avec grande distinction. Il obtient ensuite le poste de clarinette-solo à l’Orchestre des jeunes du Québec. En 1992, il est invité à participer à un stage organisé par Karl Leister, clarinettiste soliste de l’Orchestre Philharmonique de Berlin. Il complète par la suite une maîtrise en interprétation musicale à l’Université de Montréal sous la direction d’André Moisan.

Clarinettiste recherché, Martin Carpentier est membre du Nouvel Ensemble Moderne (NEM) et de Pentaèdre, et se produit régulièrement avec des ensembles comme l’Orchestre Métropolitain, les Grands Ballets canadiens de Montréal, l’Opéra de Montréal, Les Violons Du Roy et I Musici de Montréal.

Il a participé à des enregistrements avec la Société des Vents de Montréal, Pentaèdre et le Nouvel Ensemble Moderne. Martin Carpentier enseigne à l’Université de Montréal, à l’Université du Québec à Montréal et au Collège Vincent-d’Indy.

Normand Forget, hautbois

Normand Forget, hautbois

Issu d’une famille où la musique est très présente, Normand Forget pratique la musique en dilettante jusqu’à l’aube de la vingtaine, moment où il décide d’entreprendre une formation musicale au cégep Lionel-Groulx (Ste-Thérèse, QC). Marc Laberge le guide aux premières heures et il poursuit ensuite sa formation, sous la férule de Théodore Baskin, à l’université McGill (Montréal). Il devient boursier à l’Oberlin College, É.-U., où il est judicieusement dirigé par son professeur, James Caldwell – et y reçoit le prix Artistry in Oboe performance, décerné par ses pairs.

Membre fondateur et toujours actif de Pentaèdre et assumant la direction artistique et générale du Nouvel Ensemble Moderne, sa carrière l’amène à se produire sur les plus grandes scènes du monde. Musicien engagé, investi d’un devoir d’interprétation, il élabore des versions de chambre de grandes œuvres, habité par cet engagement. Entre autres les et Des Knaben Wunderhorn de Mahler, et le Winterreise de Schubert, qui remporte le prix Opus 2008 du
disque romantique de l’année et s’attire des critiques élogieuses ici comme à l’étranger. Pédagogue passionné, il enseigne au Conservatoire de Rimouski.

Mathieu Lussier, basson

Mathieu Lussier, basson

Chef associé de l’orchestre de chambre les Violons du Roy, Mathieu Lussier a dirigé l’ensemble à l’occasion de plus de 90 concerts au Canada, au Mexique et aux Etats-Unis, collaborant entre autre avec des artistes comme Marc-André Hamelin, Alexandre Tharaud, Jeremy Denk, Jean-Guihen Queyras, Anthony Marwood et Karina Gauvin. Spécialisé dans les répertoires baroque et classique ainsi que dans l’exploration des grands oubliés du XIXe siècle français, son premier disque à la tête des Violons du Roy consacré à Rameau et à Gougeon paraissait en septembre 2014, suivi en mars 2016 d’un disque entièrement composé de concertos de Vivaldi. Le Conseil des Arts du Canada lui décernait en 2014 le prix Jean-Marie Beaudet en direction d’orchestre.

Directeur artistique du Festival international de musique baroque de Lamèque entre 2008 et 2014, Mathieu Lussier y a dirigé de grandes oeuvres pour choeur et orchestre de Vivaldi, Zelenka et Handel. Les critiques soulignent ses performances énergiques, son sens aiguisé du détail et reconnaissent son intérêt naturel à explorer un répertoire large et varié, passant d’une interprétation débridée du Boeuf sur le toit de Milhaud avec l’Orchestre Métropolitain de Montréal au Festival de Lanaudière à une production remarquée de l’opéra Zémire et Azor mis en scène par Denys Arcand. Mathieu Lussier a fait ses débuts à l’automne 2015, comme chef d’orchestre, à la tête de l’Orchestre symphonique de Trois-Rivières ainsi que de l’Orchestre symphonique de Montréal. Lors de la saison 2016-2017, il dirigera également l’Orchestre symphonique d’Edmonton ainsi que Symphony Nova Scotia, à Halifax.

À titre d’instrumentiste soliste, Mathieu Lussier s’est appliqué pendant près de vingt ans à faire découvrir avec dynamisme et passion le basson et le basson baroque partout en Amérique du nord et en Europe. Il poursuit aussi une carrière de chambriste avec l’ensemble Pentaèdre de Montréal et a été nommé professeur adjoint à l’université de Montréal à l’été 2014. Ses nombreux enregistrements en tant que soliste comprennent près d’une douzaine de concertos pour basson, un disque de sonates pour basson de Boismortier, trois disques consacrés à la musique pour basson solo de François Devienne, ainsi que deux disques de musique pour vents de Gossec et Méhul.

Louis-Philippe Marsolais, cor

Louis-Philippe Marsolais, cor

Après avoir occupé les postes de cor solo à l’Orchestre symphonique de Kitchener-Waterloo, cor solo associé à l’Orchestre symphonique de Québec et 3e cor à l’Orchestre symphonique de Montréal, Louis-Philippe Marsolais est maintenant cor solo de l’Orchestre Métropolitain. Récitaliste, concertiste et chambriste réputé, il se produit régulièrement en Amérique du Nord, en Europe et en Asie. Lauréat de trois prix au prestigieux Concours de Munich en septembre 2005, il a également remporté de nombreux prix à plusieurs concours internationaux, dont le Concours de Genève, le Concours Mozart de Rovereto et le Concours international de cor de Trévoux. En solo, il s’est produit à plusieurs reprises avec les orchestres symphoniques de Montréal, Québec, Trois-Rivières, Longueuil, Peterborough, l’Orchestre Métropolitain, l’Orchestre de la Radio Bavaroise, les orchestres de chambre de Munich, Genève, Neuchâtel, Zürich et Montréal, l’Orchestre Haydn de Bolzano, les Violons du Roy et la Société de musique contemporaine du Québec.

Son intérêt pour la musique contemporaine a aussi été remarqué lors du Prix d’Europe 2001, alors qu’il a gagné le Prix du Centre de Musique Canadienne, remis à la meilleure exécution d’une œuvre canadienne. Il a depuis créé plusieurs oeuvres de compositeurs canadiens, suisses, allemands et français pour cor seul, cor et bande, et ensembles de musique de chambre.

Louis-Philippe Marsolais est professeur adjoint à la faculté de musique de l’Université de Montréal.

Suivez-nous sur FacebookSuivez-nous sur YouTube